Un consommateur plus attentif à l’environnement, à l’éthique et au goût

Dans les années 1990, les consommateurs s’intéressent à la façon dont sont produits les aliments. Ils s’inquiètent du recours aux pesticides et aux hormones. Ils prennent aussi conscience des conditions de travail et d’élevage dans les exploitations. Ils déplorent la standardisation des goûts qu’engendre l’industrie agroalimentaire.

Au niveau des ménages, la part du budget pour la nourriture est tombée à 12,2% en 1989. Les dépenses consacrées aux loisirs, aux vacances et à la mobilité ont quant à elles fortement augmenté.